Comment devenir chauffeur VTC ?

chauffeur VTC Bordeaux
data-ad-format="auto">

Ces dernières années, on a pu noter de grandes révolutions dans le domaine du transport. Pour le cas de la France, l’apparition des plateformes de mises en contact de clients avec des chauffeurs spécialisés a donné naissance à un nouvel emploi celui de « conducteur de VTC ».

Qu’est-ce qu’un chauffeur VTC ?

L’acronyme VTC signifie « Voiture de tourisme avec conducteur ». Ainsi, un chauffeur VTC est un conducteur qualifié chargé de transporter des clients. Ceux-ci peuvent avoir fait des réservations ou non. Il peut travailler pour une société proposant ce type de service, mais il lui est aussi possible d’œuvrer pour son propre compte. Un chauffeur VTC à Bordeaux par exemple opère dans cette ville mais aussi en dehors en fonction de la demande de ses clients. C’est un métier passionnant qui permet des découvertes au quotidien et qui favorise les relations humaines.

Les conditions requises pour être chauffeur VTC

Comme tout emploi, il a son lot de pré requis. La démarche se divise en trois étapes : obtenir la carte professionnelle de chauffeur VTC, créer une entreprise de transport, s’inscrire au registre des VTC.

1- Posséder la carte professionnelle de VTC

Un chauffeur VTC a pour obligation de posséder une carte professionnelle. Cela lui servira de gage de ses compétences et lui ouvrira beaucoup de portes lorsque viendra le moment où il cherchera du travail. La demande doit être adressée à la commune où il réside et la procédure dépend de la circonscription concernée. Dans tous les cas un dossier doit être constitué. Celui-ci comprend, entre autre, un justificatif de domicile, un permis de conduire B, une pièce d’identité, une attestation d’aptitude au transport public de personnes ainsi qu’une attestation de réussite à l’examen VTC.

2- Créer une entreprise de transport

Pour être en conformité avec l’état, toute activité professionnelle doit justifier d’une structure juridique. Ceci est valable lorsque l’on souhaite être chauffeur VTC. Deux options sont possibles : opérer en tant qu’entreprise individuelle dans le cadre du système de microentreprise, ou en tant que Société commerciale unipersonnelle. Cela va de soi que le statut d’indépendant est plus simple et avantageux, mais il est soumis à une rude condition. En effet, le chauffeur VTC freelance ne peut pas dépasser le seuil légal de chiffre d’affaires annuel (hors taxe) inférieur à 70 000 euros.

3- S’inscrire au registre des VTC

La dernière étape pour devenir un chauffeur VTC est de s’inscrire au registre des VTC. Cette démarche est toute aussi impérative que les deux autres, car sans elle, le conducteur n’obtiendra pas de licence VTC qui lui permettra d’être en règle et d’exercer sereinement sa fonction à postériori. Voici donc la procédure à suivre. Dans un premier temps, il faut rédiger une demande et l’adresser aux autorités compétentes. La seconde étape consiste en l’achat ou la location d’un véhicule conforme pour justifier de l’activité. Enfin pour compléter le dossier, le futur chauffeur doit ajouter à sa demande son assurance RC professionnelle, un extrait K-bis de son entreprise ainsi que sa carte VTC.